mati`res residuelles

 

Description


Une ville de la province de l’Ontario (la ville) a mis en place un processus de compostage.

De 2002 à 2006, les émissions de gaz à effet de serre (GES) ont été réduites grâce à ces activités de compostage. La réduction des émissions de GES est produite grâce au détournement des déchets organiques dans les lieux d’enfouissement techniques, ce qui permet ainsi d’éviter la production de méthane liée à la digestion anaérobique. Les réductions d’émissions sont quantifiées selon la méthode décrite par le système de compensation Alberta (AOS) et l’ensemble du projet de réduction des GES est mis en œuvre en conformité avec les directives et les prescriptions ISO 14064-2. Afin de rédiger le rapport de quantification, le projet a été comparé à un « scénario de référence », c’est-à-dire ce qui aurait été fait si le projet de compostage n’avait pas été mis en place. On considère ainsi que la mise en décharge concernerait 80% de la masse totale de matière traitée (au moins 20% serait détourné) et la capture pour la destruction ou la réutilisation du gaz d’enfouissement (LFG) de 3% à 29% du gaz d’enfouissement total généré.

 

Technologie mise en place


La technologie de compostage utilisée est un composteur de type fermé. Le processus de compostage passe par différentes étapes. Les matières organiques triées (séparées à la source – SSO) sont reçues dans des sacs en plastique fournis par camions. Les sacs sont arrachés par une vis sans fin. Puis, les matières étant surdimensionnées ainsi que les plastiques sont retirés. Les matières organiques sont séparées et ensuite transportées dans l’un des huit composteurs où l’humidité est contrôlée et le contenu est déplacé en continu vers l’avant par une machine tournant : l’objectif est d’assurer une aération adaptée. Le matériel est ensuite envoyé à un composteur secondaire pour compléter le processus. La température est ainsi contrôlée lors des différentes étapes du processus afin d’assurer un modèle de décomposition biologique normal. L’air d’échappement est recueilli et passé à travers un filtre biologique pour minimiser le carbone organique volatile (COV) et les odeurs nauséabondes. Une fois que le processus de compostage a été achevé, le compost peut être maintenu pendant au moins six mois avant d’être vendu aux utilisateurs finaux. À plein rendement, l’usine est en mesure de traiter plus de 22.000 tonnes de SSO par an et ainsi empêcher la mise en décharge.

 

Résumé des résultats


Le projet a permis la réduction de près de 75 000 tonnes métriques de gaz à effet de serre entre 2002 et 2006.